Forum sur la divulgation de la philosophie spirite ou Spiritisme la médiumnité, la vie après la mort, la réincarnation, l'évolution spirituelle, Les Esprits et Dieu et ses lois Divines.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La médiumnité dans le Spiritisme (à lire)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
a2zeiss
Admin
avatar

Messages : 975
Date d'inscription : 15/09/2014
Age : 33
Localisation : Entre deux mondes

MessageSujet: La médiumnité dans le Spiritisme (à lire)    Jeu 13 Nov - 7:29

(Source: Energie Santé)

Le "don" de médiumnité

Le "don" de médiumnité est aussi ancien que le monde ; les prophètes et les apôtres étaient des médiums ; les mystères d'Eleusis étaient fondés sur la médiumnité ; les Chaldéens, les Assyriens avaient des médiums ; Socrate était dirigé par un Esprit qui lui inspirait les admirables principes de sa philosophie ; il entendait sa voix. Tous les peuples ont eu leurs médiums, et les inspirations de Jeanne d'Arc n'étaient autres que les voix d'Esprits bienfaisants qui la dirigeaient. Ce don qui se répand maintenant était devenu plus rare dans les siècles moyens, mais il n'a jamais cessé.



Longtemps considérée comme un don de Dieu, la médiumnité est avant tout une épreuve choisie et acceptée avant de se réincarner. L'esprit André Luiz nous explique dans son ouvrage psychographié par Chico Xavier : "Les Messagers" que les êtres qui choisissent cette épreuve pour leur prochaine incarnation, sont spécialement "formés" à cela. Par contre, une fois incarné, le libre-arbitre étant de mise, souvent l'ego choisi d'utiliser cette faculté comme outil pouvant générer : gains, position sociale, contrôle… faisant fi des belles résolutions précédant l'incarnation…

Malheureusement, les difficultés de l'épreuve et la tentation font que très souvent, le médium échoue dans son choix d'incarnation… Car beaucoup oublient que la médiumnité, cet outil puissant doit rester au service des Autres et non pas au service du médium.

En clair : la médiumnité n'est aucunement destinée à être commercialisée, comme un vulgaire produit de consommation… et pourquoi ? Et bien tout simplement, parce ce n'est pas un "produit", un "service" sur lequel nous, médiums, apportons une "valeur ajoutée", mais une faculté qui nous a été octroyée dans le but d'aider, uniquement d'aider… et non pas d'être une source de revenus.

N'oublions pas que dans le processus de la médiumnité, nous ne faisons RIEN, hormis nous efforcer à demeurer un canal le plus fluide, le plus pur possible, afin de ne pas risquer de déformer, polluer, le message reçu… C'est notre seule responsabilité… mais, c'est là où réside l'épreuve… car entre le doute de soi, de sa faculté, et la tentation de "gagner" argent, honneurs, pouvoir… grâce à elle, ce n'est pas facile… mais, nous l'avons choisi !

D'aucuns me rétorqueront : « mais il faut bien que je paie mon loyer… l'épicier… le boulanger… Il faut bien que je "vive" ! ». Et bien, qu'est-ce qui nous empêche d'exercer pleinement une profession qui nous assure une "base alimentaire" et utiliser notre temps libre à aider les autres grâce à cette faculté qu'est la médiumnité ? Rien, ni personne… hormis peut-être notre mental, notre ego… !!!

La médiumnité vue par Allan Kardec

Allan Kardec l'a bien expliqué dans le Livre des Médiums : « la médiumnité est une faculté donnée pour faire le bien, et les bons Esprits s'éloignent de quiconque prétendrait s'en faire un marchepied pour arriver à quoi que ce soit qui ne répondrait pas aux vues de la Providence. L'égoïsme est la plaie de la société ; les bons Esprits le combattent, on ne peut supposer qu'ils viennent le servir… ». (Livre des Médiums, ch. XXVIII, n° 304, 305, 306)



Si elle ne doit pas être utilisée pour spéculer, pour devenir essentiellement une source de profits, il est des cas de personnes foncièrement honnêtes, d'une grande intégrité, qui pour diverses raisons consacrent tout leur temps à aider les autres à l'aide la médiumnité… il faut bien qu'ils vivent eux aussi et, s'ils n'ont d'autres ressources, qu'ils puissent continuer à aider… Le tout en fait, est une question de mesure, de discernement. Kardec disait que les Esprits, nos guides, considèrent l'intention plutôt que le fait matériel.

Il nous apprend également que dans le monde de l'esprit, comme dans celui dans lequel nous vivons actuellement, cohabitent des êtres à des niveaux d'évolution très différents… Cela implique que les messages dont l'enseignement est de qualité, qui peuvent réellement être utiles à leur destinataire, ne peuvent émaner que d'êtres évolués…

Hors, pensez-vous qu'il soit concevable qu'un être évolué se mettre à la disposition d'un médium dont la seule préoccupation est d'amasser de l'argent, d'acquérir du pouvoir, de pouvoir briller en société ? NON bien entendu ! Par contre, d'autres êtres de l'astral, ne s'embarrassant pas de tels préjugés car n'ayant pas atteint un tel niveau d'évolution, vont s'empresser de dicter au médium les messages que veulent entendre ses clients… Bien sûr il gagnera de l'argent… voire même beaucoup d'argent… Bien sûr il parviendra à obtenir une certaine notoriété, lui permettant de développer une clientèle toujours plus grande… mais, hormis le développement démesuré de son ego et de ses avoirs matériels, quels en seront les bénéfices pour ses consultants, en terme de valeur intrinsèque, en terme de conseils utiles à leur cheminement ? Rien bien entendu… Cela s'appelle échouer dans l'épreuve choisie…

Un autre point que nous explique Allan Kardec, dans le Livre des Médiums, c'est que le fait de s'acoquiner, même inconsciemment, avec des Esprits de basses vibrations afin de gagner, d'obtenir honneur et pouvoir… provoque les mêmes résultats que de s'associer avec des individus douteux dans notre vie d'incarné… Si nous acceptons des "avantages" auxquels nous n'aurions normalement pas accès, n'y a-t-il pas une contrepartie… difficile ? Et bien oui, le risque pour un médium de collaborer consciemment ou non avec des Esprits de basses vibrations est celui de la prise de contrôle, que l'on appelle obsession, fascination, subjugation… prise de pouvoir de lui-même, par l'Esprit auquel il s'est "associé", en fait ! Et pour ses consultants, dans le meilleur des cas, de mauvais conseils…



Kardec nous dit aussi : « Tous les hommes sont médiums ; tous ont un Esprit qui les dirige vers le bien, quand ils savent l'écouter. Maintenant, que quelques-uns communiquent directement avec lui par une médiumnité particulière, que d'autres ne l'entendent que par la voix du cœur et de l'intelligence, peu importe, ce n'est pas moins leur Esprit familier qui les conseille. Appelez-le esprit, raison, intelligence, c'est toujours une voix qui répond à votre âme et vous dicte de bonnes paroles ; seulement vous ne les comprenez pas toujours. ». Aussi, si nous estimons ne pas être en mesure de savoir écouter, comprendre, ce que notre guide essaie de nous dire, nous pouvons nous faire aider. Mais une aide réelle est toujours désintéressée… à moins que nous préférions ne fonctionner qu'avec des béquilles, en remettant à d'autres notre propre responsabilité d'Être… Auquel cas, nous n'aurons pas de difficulté à trouver un "marchand de béquilles" disponible à nous transmettre ce que nous souhaitons entendre, car ils sont nombreux à nous attendre au sein de leur cabinet… ».

Tous les médiums sont incontestablement appelés à servir la cause du spiritisme dans la mesure de leur faculté, mais il y en a bien peu qui ne se laissent prendre au piège de l'amour-propre. Ceux qui succombent à cette vaniteuse espérance, et le nombre en est grand, deviennent la proie inévitable d'Esprits obsesseurs, qui ne tardent pas à les subjuguer en flattant leur orgueil et en les prenant par leur point faible ; plus ils ont voulu s'élever, plus leur chute est dure, quand elle n'est pas désastreuse pour eux.

« Hors la Charité point de Salut »

Belle maxime qu’Allan Kardec a légué au Spiritisme. La première chose que l’on comprend quand on s’intéresse à la Doctrine Spirite, c’est que tout est mû par la charité. C’est l’élan supérieur qui nous emmènera jusqu’à Dieu.

La médiumnité fait partie intégrante du Spiritisme. Sans elle, il n’y aurait pas eu ces quantités d’enseignements inestimables que nous ont délivrés nos frères de l’Au-delà. Mais si la charité doit être appliquée dans chacun de nos actes, elle doit alors l’être aussi dans la médiumnité.

Un médium spirite ne cherchera donc jamais à retirer le moindre bénéfice pour sa propre personne de sa capacité. Il n’acceptera pas plus qu’il ne demandera ni paiement ni présent. Il ne la réservera pas à certaines personnes ou à certains Esprits mais la mettra au service de tous, sans distinction. Il ou elle y consacre tout son temps disponible.

Chico Xavier



Mais prenons l’exemple d’un des plus fameux médiums de notre époque, le Brésilien Francisco Cândido Xavier (2 avril 1910 - 30 juin 2002), plus couramment appelé Chico Xavier. À l’âge de cinq ans, Chico perdit sa mère. Un an plus tard, elle lui rendait visite, marquant ainsi le début de sa médiumnité. C’est en 1927 qu’il commença à mettre sa médiumnité au service des Esprits. Et en 75 ans, il psychographia 419 livres, qui furent donnés gratuitement à des éditeurs spirites et à des associations caritatives, pour être édités à près de 30 millions d'exemplaires. Toute son œuvre a été supervisée par Emmanuel, son guide spirituel.

Travaillant la journée, il consacrait ses nuits à la médiumnité. Un jour, il fit part à son mentor spirituel, Emmanuel, de son désir d’arrêter son travail pour se consacrer à la médiumnité. Mais celui-ci lui fit clairement comprendre que cela était hors de question : il avait besoin d’argent pour vivre et cet argent, il l’obtiendrait par son travail de la journée. Ce n'est que lorsqu'il fut à la retraite, que Chico put se dédier à plein-temps à la médiumnité. Chico Xavier apportait énormément aux personnes qui venaient à sa rencontre, mais il n’eut jamais le droit d’abandonner son travail au profit de la médiumnité. La médiumnité rémunérée, outre le fait qu’elle se met hors de la portée de toutes les bourses et, par conséquent, devient réservée aux personnes qui peuvent payer, peut entraîner des abus, des écarts, des problèmes.

Tout d’abord, comme le dit Chico, « le téléphone sonne de là-bas vers ici ». Autrement dit, aucun médium ne peut garantir une communication puisque s’il n’y a pas d’Esprit pour se manifester, il ne pourra les obliger à venir. Cela peut donc induire la supercherie dans les cas où rien ne voudrait se manifester mais qu’il faut assurer la prestation. D’autre part, ce désir de rémunération peut attirer des Esprits de basse élévation, des Esprits qui se serviront du médium comme celui-ci se sert d’eux. Et parfois, cela peut engendrer des situations douloureuses. Le cas d’une personne qui est allée consulter un médium qui avait des honoraires nous a été rapporté. L’entretien qui dura plus de deux heures fut un laminage en règle : la personne, en souffrance, n’a entendu que des mots durs et effrayant qui émanaient, selon le médium de son propre guide spirituel. Il ne demanda pas de paiement. Mais le résultat fut catastrophique. Plus tard, il fut expliqué à cette personne que le médium avait été abusé par des Esprits malveillants qui servaient d’autres intérêts. Un cas similaire est décrit en détail dans le livre « Libération », psychographié par Chico Xavier avec l’Esprit André Luiz.

Rémunération du travail

Effectivement, tout travail mérite rémunération s'il est fruit de l’apprentissage par celui qui le pratique. Hors, la médiumnité est une faculté automatiquement acquise par le médium en fonction de ses besoins évolutifs. Il exploite alors un don que Dieu lui a fait. Et que se passerait-il alors si après cette incarnation Dieu lui demandait des comptes pour l’usage qu’il a fait de ses capacités ? Par ailleurs, la médiumnité saintement pratiquée se fait sous l’égide des Esprits bienveillants qui apportent réconfort, enseignement et protection. Quel mérite a donc le médium dans une communication puisque son essence provient d’Êtres bien plus évolués et qui distribuent leurs bénédictions ?

« Que celui donc qui n'a pas de quoi vivre cherche des ressources ailleurs que dans la médiumnité ; qu'il n'y consacre, s'il le faut, que le temps dont il peut disposer matériellement. Les Esprits lui tiendront compte de son dévouement et de ses sacrifices, tandis qu'ils se retirent de ceux qui espèrent s'en faire un marchepied. » (L’Évangile selon le Spiritisme, ch. XXVI, item 10.)



« A côté de la question morale se présente une considération effective non moins importante qui tient à la nature même de la faculté. La médiumnité sérieuse ne peut être et ne sera jamais une profession, non seulement parce qu'elle serait discréditée moralement, et bientôt assimilée aux diseurs de bonne aventure, mais parce qu'un obstacle matériel s'y oppose ; c'est une faculté essentiellement mobile, fugitive et variable, sur la permanence de laquelle nul ne peut compter. Ce serait donc, pour l'exploiteur, une ressource tout à fait incertaine, qui peut lui manquer au moment où elle lui serait le plus nécessaire. Autre chose est un talent acquis par l'étude et le travail, et qui, par cela même, est une propriété dont il est naturellement permis de tirer parti. Mais la médiumnité n'est ni un art ni un talent, c'est pourquoi elle ne peut devenir une profession ; elle n'existe que par le concours des Esprits ; si ces Esprits font défaut, il n'y a plus de médiumnité ; l'aptitude peut subsister, mais l'exercice en est annulé ; aussi n'est-il pas un seul médium au monde qui puisse garantir l'obtention d'un phénomène spirite à un instant donné. Exploiter la médiumnité, c'est donc disposer d'une chose dont on n'est réellement pas maître ; affirmer le contraire, c'est tromper celui qui paye ; il y a plus, ce n'est pas de soi-même qu'on dispose, ce sont les Esprits, les âmes des morts dont le concours est mis à prix ; cette pensée répugne instinctivement. C'est ce trafic, dégénéré en abus, exploité par le charlatanisme, l'ignorance, la crédulité et la superstition, qui a motivé la défense de Moïse. Le spiritisme moderne, comprenant le côté sérieux de la chose, par le discrédit qu'il a jeté sur cette exploitation, a élevé la médiumnité au rang de mission. » (Livre des Médiums, ch. XXVIII, - Ciel et Enfer, ch. XII)

Si comme nous l’avons vu précédemment, la moralité du médium n’a rien à voir avec la possession et l’usage de la médiumnité, il en va tout autrement pour le médium spirite. Conscient que ces facultés viennent de Dieu et qu’elles ont pour but l’évolution, il les considère avec respect et y recourt en y appliquant son filtre moral, la mettant toujours au service d’autrui, incarné ou désincarné, en respectant les simples paroles du christ : « Aimez-vous les uns les autres ».

Dans un centre spirite



La médiumnité dans le Spiritisme doit également être pratiquée, dans la mesure du possible, au sein d’un centre spirite. Cela pour plusieurs raisons. Tout d’abord, les centres spirites jouissent de l’assistance spirituelle d’Esprits élevés qui fournissent leur concours pour le bon déroulement des travaux.

De plus, la pratique médiumnique en groupe permet, entre autres :

1. d’avoir parfois la confirmation venant d’autres personnes, présentes, sans concertation et de manière spontanée, de ce que l’on a pu voir, sentir ou entendu

2. d’avoir le contrôle d’une personne plus informée qui pourra attirer l’attention des médiums lors de communications douteuses que le médium n’aurait pas perçues.

Autre point très important devant accompagner l'exercice de la médiumnité : l'étude. Il n’y a rien de plus dangereux que l’usage de la médiumnité par une personne qui en ignore les rouages, les "règles". Elle peut dès lors devenir le jouet d’Esprits malveillants qui exploiteront son ignorance en la matière et être conduite à des situations qui la couvriront de ridicule ou à des situations dangereuses. C’est la raison pour laquelle il est fortement déconseillé de "s’amuser", chez-soi, avec un verre ou tout autre objet, pour invoquer les Esprits. Il y a des risques, et ils ne sont pas minces. Il y a de nombreux cas de personnes qui, pour satisfaire à une envie curieuse, se sont livrées à ce genre d’expériences et qui ont enduré des jours difficiles par la suite… Je me souviens d'une personne rencontrée au Québec, qui était sous l'emprise d'un Esprit souffrant, après s'être amusé avec des amis au OuiJa, et après avoir consulté un médecin, s'était retrouvé sous traitement d'antidépresseurs à fort dosage… Attention donc !

Le médium par excellence : Jésus

Le plus illustre médium que la Terre ait connu est, sans conteste le Maître Jésus. Si l'on se réfère aux Évangiles, on peut l’y voir pratiquer des guérisons, des désobsessions (que l’Église appelle exorcismes), des matérialisations, etc. C’est en toute logique que le médium spirite doit le prendre comme exemple puisque Jésus pratiquait la médiumnité animée par l’amour et la charité, sans ostentation, la mettant au service de son prochain, sans distinction de race, de rang ou de confession religieuse.

Loin d’être une source d’orgueil ou de vanité, la médiumnité est soit une mission soit, dans la plupart des cas, une expiation ou une épreuve. Par conséquent, l’humilité est de rigueur dans la pratique médiumnique car elle a pour objectif notre évolution vers Dieu qui nous a accordé cette bénédiction pour que nous puissions nous rapprocher un peu plus de Lui et rembourser une partie des dettes que nous nous sommes faites au cours de nos existences passées.

Principales sources :

• Allan Kardec : L'Évangile selon le Spiritisme
• Allan Kardec : Le Livre des Esprits
• Allan Kardec : Le Livre des Médiums
• Allan Kardec : Le Ciel et l'Enfer
• Chico Xavier (par André Luiz) : Ouvriers de la vie éternelle
• Chico Xavier (par André Luiz) : Missionnaires de Lumière
• Chico Xavier (par André Luiz) : Messagers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://divulgation-spirite.forumactif.org
choub

avatar

Messages : 231
Date d'inscription : 16/09/2014

MessageSujet: Re: La médiumnité dans le Spiritisme (à lire)    Jeu 13 Nov - 19:49

COMMENT RECONNAITRE LES SPIRITES SINCERES ?

Dans son livre "Voyage Spirite en 1862, Allan Kardec, traitant des animosités pouvant exister au sein du Mouvement Spirite, écrit :

"Dès que parurent les premières manifestations des Esprits, beaucoup de personnes y virent un moyen de spéculation, une nouvelle mine à exploiter. Si cette idée eût suivi son cours, vous auriez vu pulluler partout des médiums, ou soi-disant tels, donnant des consultations à tant la séance ; les journaux eussent été couverts de leurs annonces et de leurs réclames ; les médiums se fussent transformés en diseurs de bonne aventure, et le Spiritisme eût été mis sur la même ligne que la divination, la cartomancie, la nécromancie, etc.. Dans ce conflit, comment le public aurait-il pu discerner la vérité du mensonge ? Le relever de là n'eût pas été chose facile. Il fallait empêcher qu'il ne prît cette voie funeste ; il fallait couper dans sa racine un mal qui l'eût retardé de plus d'un siècle. C'est ce que je me suis efforcé de faire en montrant, dès le principe, le côté grave et sublime de cette science nouvelle ; en la faisant sortir de la voie purement expérimentale pour la faire entrer dans celle de la philosophie et de la morale ; en montrant enfin ce qu'il y a de profanation à exploiter les âmes des morts, alors qu'on entoure leurs cendres de respect. Par là, et en signalant les inévitables abus qui résulteraient d'un pareil état de choses, j'ai contribué, et je m'en glorifie, à discréditer l'exploitation du Spiritisme, et par cela même amené le public à le considérer comme une chose sérieuse et sainte."

Avec 136 ans de recul, on ne peut qu'admirer cette admirable vision d'Allan Kardec, qui s'est transformée progressivement en réalité après sa désincarnation, suivant le développement exacerbé du matérialisme et de la recherche effrénée des gains financiers. Il suffit de consulter les petites annonces dans n'importe quel journal. Cette exploitation avait même envahi le Mouvement Spirite français jusqu'à la fin des années 70, qui avait alors franchement dévié des préceptes énoncés ci-dessus par le codificateur de la Doctrine Spirite, et en était arrivé à bannir le mot spirite.

Allan Kardec ajoute :

"Je ne prétends nullement dire que parmi les médiums intéressés il ne puisse s'en trouver de très honnêtes et de très estimables ; mais l'expérience a prouvé, à moi et à bien d'autres, que l'intérêt est un puissant stimulant pour la fraude, parce qu'on veut gagner son argent, et que si les Esprits ne donnent pas, ce qui arrive souvent, puisqu'ils ne sont pas à notre caprice, la ruse, féconde en expédients, trouve aisément moyen d'y suppléer. Pour un qui agira loyalement, il y en aura cent qui abuseraient et qui nuiraient à la considération du Spiritisme ; aussi les adversaires n'ont-ils pas manqué d'exploiter au profit de leur critique les fraudes dont ils ont pu être témoins, en en concluant que tout devait être faux, et qu'il y avait lieu de s'opposer à ce charlatanisme d'un nouveau genre. En vain objecte-t-on que la sainte doctrine n'est pas responsable des abus ; vous connaissez le proverbe : « Quand on veut tuer son chien, on dit qu'il est enragé »."

C'est pourquoi le CESLD et les groupes spirites, qui restaurent la fidélité à la Doctrine Spirite et à Allan Kardec, se démarquent sans ambiguïté et même de façon statutaire de toute pratique vénale de la médiumnité ou du magnétisme, selon le précepte de Jésus : "Donnez gratuitement ce que vous avez reçu gratuitement". Il ne s'agit pas là d'intolérance envers ceux qui tirent profit de leur faculté médiumnique, mais d'une règle fixée et acceptée librement par tous ceux ou tous les groupes qui souhaitent adhérer à cette vue d'Allan Kardec.

De plus, toujours selon Allan Kardec, "partout où mes ouvrages ont pénétré et servent de guide, le Spiritisme est envisagé sous son véritable point de vue, c'est-à-dire sous le point de vue exclusivement moral". Tous ceux qui se disent spirites, qui s'attribuent et utilisent ce néologisme défini par Allan Kardec lui-même, ne peuvent donc diverger de ces préceptes de base. Le contraire signifierait soit une méconnaissance du Spiritisme, soit une intention délibérée d'abuser de ces termes et de la crédulité des gens dans le but de s'en faire "un marchepied honorifique" ou d'en tirer des profits personnels.

Nous conclurons avec Allan Kardec :

"Le Spiritisme a pour devise : Hors la charité point de salut ; il est tout aussi vrai de dire : Hors la charité point de vrais spirites."

"C'est avec la charité pour guide que le Spiritisme marche à la conquête du monde."


http://www.leon-denis.org/articles/spirsinc.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
a2zeiss
Admin
avatar

Messages : 975
Date d'inscription : 15/09/2014
Age : 33
Localisation : Entre deux mondes

MessageSujet: Re: La médiumnité dans le Spiritisme (à lire)    Ven 14 Nov - 17:00

Merci pour ce texte Choub je ne le connaissais pas...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://divulgation-spirite.forumactif.org
choub

avatar

Messages : 231
Date d'inscription : 16/09/2014

MessageSujet: Re: La médiumnité dans le Spiritisme (à lire)    Ven 14 Nov - 18:04

Super bonne idee je crois que je vais faire de meme a noel Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
a2zeiss
Admin
avatar

Messages : 975
Date d'inscription : 15/09/2014
Age : 33
Localisation : Entre deux mondes

MessageSujet: Re: La médiumnité dans le Spiritisme (à lire)    Ven 14 Nov - 22:59

santa
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://divulgation-spirite.forumactif.org
Akasha

avatar

Messages : 159
Date d'inscription : 28/09/2014
Age : 40
Localisation : Par_là quelque part...

MessageSujet: Re: La médiumnité dans le Spiritisme (à lire)    Sam 15 Nov - 0:02

@choub a écrit:
Super bonne idee je crois que je vais faire de meme a noel Wink

kikou vous deux cat

Moi perso jai un temps utilisé celle-si, la Kobo C'est ce que on fait de mieux pour l'instant en rapport qualité prix ! Un exemple, dans le noir, vous pouvez le mettre en écran noir et lettre blanche. Idéal pour ne pas forcer sur les yeux. Vous pouvez aussi le mettre en tourne page comme un livre aussi c'est assez sympa Wink


http://www.fnac.com/La-liseuse-numerique-Kobo-Aura-les-conseils-des-experts-Fnac/cp22173/w-4
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
a2zeiss
Admin
avatar

Messages : 975
Date d'inscription : 15/09/2014
Age : 33
Localisation : Entre deux mondes

MessageSujet: Re: La médiumnité dans le Spiritisme (à lire)    Sam 15 Nov - 5:09

Merci Aka, je vais voir ça Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://divulgation-spirite.forumactif.org
Anne17

avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 30/01/2015

MessageSujet: Re: La médiumnité dans le Spiritisme (à lire)    Mer 11 Fév - 16:23

Bonjour à Tous

Je viens de lire le sujet, biens intéressant,
merci à vous..

A Bientôt
Anne17 flower
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La médiumnité dans le Spiritisme (à lire)    Mer 11 Fév - 19:08

salam je ne penses pas que les prophete etait des médium et pour causes ils entrer en contacte avec des ange revelation et lange etait gabriel as et non pas des esprit moiises as a parler a dieu directement sans le voire comme vous le dite les medium peuvent entrer en contacte avec des entité qui on voler ce qui se dit dans cièle qui en rajoute apres le medium en rajoute a cette information voler dans les cieux seul dieu connait la verité vraix et ils peut la changer comme ils veut quand ils veut
Revenir en haut Aller en bas
Artifex

avatar

Messages : 188
Date d'inscription : 05/10/2014

MessageSujet: Re: La médiumnité dans le Spiritisme (à lire)    Dim 15 Fév - 14:33

bonjour,

"Longtemps considérée comme un don de Dieu, la médiumnité est avant tout une épreuve choisie et acceptée avant de se réincarner. L'esprit André Luiz nous explique dans son ouvrage psychographié par Chico Xavier : "Les Messagers" que les êtres qui choisissent cette épreuve pour leur prochaine incarnation, sont spécialement "formés" à cela. Par contre, une fois incarné, le libre-arbitre étant de mise, souvent l'ego choisi d'utiliser cette faculté comme outil pouvant générer : gains, position sociale, contrôle… faisant fi des belles résolutions précédant l'incarnation…"


Ma mère est ce que je pourrai appeler une médium "refoulée", c'est à dire qu'elle a vraiment le don mais elle n'y croit pas et s'en est servit que très très peu dans sa vie. C'est seulement maintenant à 66 balais qu'elle commence un peu a se lancé vraiment. (perso je trouve que c'est du gachi car elle ne touche pas les entités qui se promènent par ci par là, que j'appellerai des âmes errantes ou perdus, mais plutôt des guides, anges et archanges... du lourd quoi !^^) Malheureusement atteinte d'un cancer assez lourd a du mettre de côté cette "activité" juste quand elle commence à accepter de son don.
Bref, ma question était : si l'âme choisi la médiumnité avant l'incarnation comme épreuve pourquoi, en prenant le cas de ma maman, n'a-t-elle pas utilisé celui ci durant sa vie et ne l'a pas accepté ? Si vous avez quelques réponses a m'apporter je suis preneur !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
chenoa

avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 06/10/2014
Age : 58

MessageSujet: Re: La médiumnité dans le Spiritisme (à lire)    Dim 15 Fév - 15:11

Bonjour Artifex,

Ta maman a tout simplement utilisé  son libre arbitre, ce même libre arbitre qui nous est donné à tous. Elle a pu choisir ce choix car l'esprit, une fois de retour dans la matière a un voile qui se pose sur ses décisions prises dans l'au delà en tant qu'esprit. Ne s'en souvenant pas à l'état incarné, nous avançons dans la vie selon ce qui nous semble le plus juste. Comme certains médiums choisiront d'utiliser cette médiumnité à des fins peu louables alors que dans le monde spirituel, ils l'ont choisi pour servir leur prochain, dans un but d'amélioration d'eux mêmes.

Elle a préféré la refouler jusqu'à ce qu'un déclic intuitif lui fasse prendre conscience qu'elle pouvait l'accepter et l'utiliser. Ce qu'elle a entrepris dans cette vie ne sera pas perdu et dans une prochaine, elle pourra continuer ce qu'elle a entamé même tardivement dans cette dernière car tout ce que l'esprit a acquis n'est pas perdu et le travail se poursuit de vies en vies.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
a2zeiss
Admin
avatar

Messages : 975
Date d'inscription : 15/09/2014
Age : 33
Localisation : Entre deux mondes

MessageSujet: Re: La médiumnité dans le Spiritisme (à lire)    Dim 15 Fév - 17:04

@Artifex a écrit:
souvent l'ego choisi d'utiliser cette faculté comme outil pouvant générer : gains, position sociale, contrôle…

Il est possible aussi que l'ego soit mit de coté dans ce genre de pratique, et que la conscience du médium lui fasse être charitable, et altruiste et permette à ceux qui viennent recevoir les messages des désincarnés la compréhension de la survivance de l'âme. Et ainsi éveiller la conscience pour amener un peu plus de spiritualité dans la vie des gens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://divulgation-spirite.forumactif.org
Artifex

avatar

Messages : 188
Date d'inscription : 05/10/2014

MessageSujet: Re: La médiumnité dans le Spiritisme (à lire)    Lun 16 Fév - 20:04

ok ok. merci pour vos réponses! Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La médiumnité dans le Spiritisme (à lire)    

Revenir en haut Aller en bas
 
La médiumnité dans le Spiritisme (à lire)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Divulgation Spirite (Spiritisme) :: Expériences de Médiumnité :: Autres Médiumnités-
Sauter vers: