Forum sur la divulgation de la philosophie spirite ou Spiritisme la médiumnité, la vie après la mort, la réincarnation, l'évolution spirituelle, Les Esprits et Dieu et ses lois Divines.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Omraam Mikhaël Aïvanhov sur la réincarnation et la compréhension de la mort

Aller en bas 
AuteurMessage
orné

avatar

Messages : 37
Date d'inscription : 20/10/2014
Age : 45
Localisation : je sais plus

MessageSujet: Omraam Mikhaël Aïvanhov sur la réincarnation et la compréhension de la mort    Mer 1 Avr - 20:10

Bonsoir,
La réincarnation a toujours suscité beaucoup de questions, la crédulité pour certains, et la passion pour d'autres, et tout les cas elle ne laisse personne indifférente, dans la religion elle est rejetée, mais elle est est présente dans beaucoup de courant spirituel et philosophique. Dont chacun y vont de leurs spécificités. Personnellement j'y crois car j'ai beaucoup de souvenir appartenant à d'autres vies et époques. Par contre je reste toujours indécis sur comment les choses se déroule, je cherche toujours. La philosophie spirite proposes des réponses intéressante qui me plaise bien, je ne ferme aucunement la porte, mais rien n'y fait j'ai plus d'affinités avec les philosophie orientale et hindoue. De toute les façons sur les grandes lignes ils se rejoignent, se qui somme toute est logique. Il y a un anciens maître qui en a vraiment bien parlé, c'est Maître Omraam Mikhaël Aïvanhov. Je vous proposes deux vidéos une dont il parle de se qui m'amène vers-vous, une autre qui indirectement complète la discutions, sur comment comprendre la mort. Ce n'est pas long à écouté, ainsi chacun pourra réagir en comparaison à sa vue de spirite. Car j'estime qu'il est toujours pertinent de pouvoir réagir de par sa philosophie face au monde extérieurs cela amène ainsi une plus grande palette de réponses et un raisonnement plus profond.
Orné.  



Omraam Mikhaël Aïvanhov sur la réincarnation et la compréhension de la mort



Partie 1: La réincarnation



Omraam Mikhaël Aïvanhov. Extrait d'une conférence improvisée du 15 septembre 1984

Une école initiatique apporte la lumière au disciple sur le sens de la vie terrestre. Explications sur le karma.

Cet extrait de conférence non encore publiée est offert par les Éditions Prosveta S.A. éditrice de l'œuvre du Maître spirituel Omraam Mikhaël Aïvanhov.
Les Éditions Prosveta diffusent dans le monde les œuvres du Maître spirituel Omraam Mikhaël Aïvanhov, traduites dans de nombreuses langues. Elles ont souhaité offrir au public, au titre de son droit patrimonial, plusieurs extraits de ses conférences non encore publiées.

Partie 2: Comment comprendre la mort



Omraam Mikhaël Aïvanhov. Extrait d'une conférence improvisée du 28 juillet 1984.
La majorité des gens sur la terre ont peur de la mort car ils ne savent pas ce qu'elle représente : un changement de situation, tout comme le sommeil. La loi de réincarnation éclaire les humains sur ce qu'est la mort. Symboliquement, la mort se comprend aussi comme la libération des états négatifs en nous, pour accéder à d'autres états meilleurs.

Cet extrait de conférence non encore publiée est offert par les Éditions Prosveta S.A. éditrice de l'œuvre du Maître spirituel Omraam Mikhaël Aïvanhov.
Les Éditions Prosveta diffusent dans le monde les œuvres du Maître spirituel Omraam Mikhaël Aïvanhov, traduites dans de nombreuses langues. Elles ont souhaité offrir au public, au titre de son droit patrimonial, plusieurs extraits de ses conférences non encore publiées.

Source vidéo : Éditions Prosveta
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
a2zeiss
Admin
avatar

Messages : 1107
Date d'inscription : 15/09/2014
Age : 34
Localisation : Entre deux mondes

MessageSujet: Re: Omraam Mikhaël Aïvanhov sur la réincarnation et la compréhension de la mort    Mer 1 Avr - 21:18

Voici ce que les Esprits disent au sujet de la réincarnation dans "Le livre des Esprits" d'Allan Kardec: Pour lire ou écouter "Le livre des Esprits" en entier cliquez ici.

Tous les Esprits tendent à la perfection, et Dieu leur en fournit les moyens par les épreuves de la vie corporelle; mais dans sa justice, il leur réserve d'accomplir, dans de nouvelles existences, ce qu'ils n'ont pu faire ou achever dans une première épreuve.

Il ne serait ni selon l'équité, ni selon la bonté de Dieu, de frapper à jamais ceux qui ont pu rencontrer des obstacles à leur amélioration en dehors de leur volonté et dans le milieu même où ils se trouvent placés. Si le sort de l'homme était irrévocablement fixé après sa mort, Dieu n'aurait point pesé les actions de tous dans la même balance, et ne les aurait point traités avec impartialité.

La doctrine de la réincarnation, c'est-à-dire celle qui consiste à admettre pour l'homme plusieurs existences successives, est la seule qui réponde à l'idée que nous nous faisons de la justice de Dieu à l'égard des hommes placés dans une condition morale inférieure, la seule qui puisse nous expliquer l'avenir et asseoir nos espérances, puisqu'elle nous offre le moyen de racheter nos erreurs par de nouvelles épreuves, La raison nous l'indique et les Esprits nous l'enseignent.

L'homme qui a la conscience de son infériorité puise dans la doctrine de la réincarnation une espérance consolante. S'il croit à la justice de Dieu, il ne peut espérer être pour l'éternité l'égal de ceux qui ont mieux fait que lui. La pensée que cette infériorité ne le déshérite pas à tout jamais du bien suprême, et qu'il pourra la conquérir par de nouveaux efforts, la soutient et ranime son courage. Quel est celui qui, au terme de sa carrière, ne regrette pas d'avoir acquis trop tard une expérience dont il ne peut plus profiter? Cette expérience tardive n'est point perdue; il la mettra à profit dans une nouvelle vie.

Si l'homme n'avait qu'une seule existence, et si après cette existence son sort futur était fixé pour l'éternité, quel serait le mérite de la moitié de l'espèce humaine qui meurt en bas âge. pour jouir sans efforts du bonheur éternel, et de quel droit serait-elle affranchie des conditions souvent si dures imposées à l'autre moitié? Un tel ordre de choses ne saurait être selon la justice de Dieu. Par la réincarnation, l'égalité est pour tous; l'avenir appartient à tous sans exception et sans faveur pour aucun; ceux qui arrivent les derniers ne peuvent s'en prendre qu'à eux-mêmes. L'homme doit avoir le mérite de ses actes, comme il en a la responsabilité.

Il n'est d'ailleurs pas rationnel de considérer l'enfance comme un état normal d'innocence. Ne voit-on pas des enfants doués des plus mauvais instincts à un âge où l'éducation n'a point encore pu exercer son influence? N'en voit-on pas qui semble apporter en naissant l'astuce. la fausseté, la perfidie, l'instinct même du vol et du meurtre et cela nonobstant les bons exemples dont ils sont entourés? La loi civile absout leurs méfaits, parce que, dit-elle, Ils ont agi sans discernement; elle a raison, parce qu'en effet ils agissent plus instinctivement que de propos délibéré; mais d'où peuvent provenir ces instincts si différents chez des enfants du même âge, élevés dans les mêmes conditions et soumis aux mêmes influences? D'où vient cette perversité précoce, si ce n'est de l'infériorité de l'Esprit, puisque l'éducation n'y est pour rien? Ceux qui sont vicieux, c'est que leur esprit a moins progressé, et alors il en subit les conséquences, non pour ses actes d'enfant, mais pour ceux de ses existences antérieures, et c'est ainsi que la lot est la même pour tous, et que la justice de Dieu atteint tout le monde.

Le corps que revêt l'âme dans une nouvelle incarnation n ayant aucun rapport nécessaire avec celui qu'elle a quitté, puisqu'elle peut le tenir d'une tout autre souche, il serait absurde de conclure à une succession d'existences à partir d'une ressemblance qui n'est que fortuite. Cependant les qualités de l'Esprit modifient souvent les organes qui servent à leurs manifestations et Impriment sur la figure, et même à l'ensemble des manières, un cachet distinct. C'est ainsi que sous l'enveloppe la plus humble, on peut trouver l'expression de la grandeur et de la dignité, tandis que sous l'habit du grand seigneur on voit quelquefois celle de la bassesse et de l'ignominie. Certaines personnes sorties de la position la plus infime prennent sans efforts les habitudes et les manières du grand monde. Il semble qu'elles y retrouvent leur élément, tandis que d'autres, malgré leur naissance et leur éducation, y sont toujours déplacées. Comment expliquer ce fait autrement que comme un reflet de ce qu'a été l'Esprit?

N'y a-t-il pas dans l'oubli de ces existences passées, alors surtout qu'elles ont été pénibles, quelque chose de providentiel, et où se révèle la sagesse divine? C'est dans les mondes supérieurs, lorsque le souvenir des existences malheureuses n'est plus qu'un mauvais rêve, qu'elles se présentent à la mémoire. Dans les mondes inférieurs, les malheurs présents ne seraient-ils pas aggravés par le souvenir de tous ceux que l'on a pu endurer? Concluons donc de là que tout ce que Dieu a fait est bien fait, et qu'il ne nous appartient pas de critiquer ses œuvres, et de dire comment il aurait dû régler l'univers.

Le souvenir de nos individualités antérieures aurait des inconvénients très graves; il pourrait, dans certains cas, nous humilier étrangement; dans d'autres, exalter notre orgueil, et, par cela même, entraver notre libre arbitre. Dieu nous a donné pour nous améliorer, juste ce qui nous est nécessaire et peut nous suffire: la voix de la conscience et nos tendances instinctives; il nous ôte ce qui pourrait nous nuire. Ajoutons encore que si nous avions le souvenir de nos actes antérieurs personnels, nous aurions également celui des actes d'autrui, et que cette connaissance pourrait avoir les plus fâcheux effets sur les relations sociales; n'ayant pas toujours lieu de nous glorifier de notre passé, il est souvent heureux qu'un voile soit jeté dessus. Ceci concorde parfaitement avec la doctrine des Esprits sur les mondes supérieurs au nôtre. Dans ces mondes, où ne règne que le bien, le souvenir du passé n'a rien de pénible; voilà pourquoi on s'y souvient de son existence précédente comme nous nous souvenons de ce que nous avons fait la veille. Quant au séjour qu'on, a pu faire dans les mondes inférieurs, ce n'est plus, comme nous l'avons dit, qu'un mauvais rêve.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://divulgation-spirite.forumactif.org
a2zeiss
Admin
avatar

Messages : 1107
Date d'inscription : 15/09/2014
Age : 34
Localisation : Entre deux mondes

MessageSujet: Re: Omraam Mikhaël Aïvanhov sur la réincarnation et la compréhension de la mort    Mer 1 Avr - 21:31

la réincarnation.

166. Comment l'âme, qui n'a point atteint la perfection pendant la vie corporelle, peut-elle achever de s'épurer ?

" En subissant l'épreuve d'une nouvelle existence. "

- Comment l'âme accomplit-elle cette nouvelle existence ? Est-ce par sa transformation comme Esprit ?

" L'âme, en s'épurant, subit sans doute une transformation, mais pour cela il lui faut l'épreuve de la vie corporelle. "

- L'âme a donc plusieurs existences corporelles ?

" Oui, tous nous avons plusieurs existences. Ceux qui disent le contraire veulent vous maintenir dans l'ignorance où ils sont eux-mêmes ; c'est leur désir. "

- Il semble résulter de ce principe que l'âme, après avoir quitté un corps, en prend un autre ; autrement dit, qu'elle se réincarne dans un nouveau corps ; est-ce ainsi qu'il faut l'entendre ?

" C'est évident. "

167. Quel est le but de la réincarnation ?

" Expiation, amélioration progressive de l'humanité ; sans cela où serait la justice ? "

168. Le nombre des existences corporelles est-il limité, ou bien l'Esprit se réincarne-t-il à perpétuité ?

" A chaque existence nouvelle, l'Esprit fait un pas dans la voie du progrès ; quand il s'est dépouillé de toutes ses impuretés, il n'a plus besoin des épreuves de la vie corporelle. "

169. Le nombre des incarnations est-il le même pour tous les Esprits ?

" Non ; celui qui avance vite s'épargne des épreuves. Toutefois, ces incarnations successives sont toujours très nombreuses, car le progrès est presque infini. "

170. Que devient l'Esprit après sa dernière incarnation ?

" Esprit bienheureux ; il est pur Esprit. "

Justice de la réincarnation.

171. Sur quoi est fondé le dogme de la réincarnation ?

" Sur la justice de Dieu et la révélation, car nous vous le répétons sans cesse : Un bon père laisse toujours à ses enfants une porte ouverte au repentir. La raison ne te dit-elle pas qu'il serait injuste de priver sans retour du bonheur éternel tous ceux de qui il n'a pas dépendu de s'améliorer ? Est-ce que tous les hommes ne sont pas les enfants de Dieu ? Ce n'est que parmi les hommes égoïstes qu'on trouve l'iniquité, la haine implacable et les châtiments sans rémission. "



Tous les Esprits tendent à la perfection, et Dieu leur en fournit les moyens par les épreuves de la vie corporelle ; mais dans sa justice, il leur réserve d'accomplir, dans de nouvelles existences, ce qu'ils n'ont pu faire ou achever dans une première épreuve.

Il ne serait ni selon l'équité, ni selon la bonté de Dieu, de frapper à jamais ceux qui ont pu rencontrer des obstacles à leur amélioration en dehors de leur volonté, et dans le milieu même où ils se trouvent placés. Si le sort de l'homme était irrévocablement fixé après sa mort, Dieu n'aurait point pesé les actions de tous dans la même balance, et ne les aurait point traités avec impartialité.

La doctrine de la réincarnation, c'est-à-dire celle qui consiste à admettre pour l'homme plusieurs existences successives, est la seule qui réponde à l'idée que nous nous faisons de la justice de Dieu à l'égard des hommes placés dans une condition morale inférieure, la seule qui puisse nous expliquer l'avenir et asseoir nos espérances, puisqu'elle nous offre le moyen de racheter nos erreurs par de nouvelles épreuves. La raison nous l'indique et les Esprits nous l'enseignent.

L'homme qui a la conscience de son infériorité puise dans la doctrine de la réincarnation une espérance consolante. S'il croit à la justice de Dieu, il ne peut espérer être pour l'éternité l'égal de ceux qui ont mieux fait que lui. La pensée que cette infériorité ne le déshérite pas à tout jamais du bien suprême, et qu'il pourra la conquérir par de nouveaux efforts, le soutient et ranime son courage. Quel est celui qui, au terme de sa carrière, ne regrette pas d'avoir acquis trop tard une expérience dont il ne peut plus profiter ? Cette expérience tardive n'est point perdue ; il la mettra à profit dans une nouvelle vie.

Incarnation dans les différents mondes.

172. Nos différentes existences corporelles s'accomplissent-elles toutes sur la terre ?

" Non, pas toutes, mais dans les différents mondes : celle d'ici-bas n'est ni la première ni la dernière, et c'est une des plus matérielles et des plus éloignées de la perfection. "

173. L'âme, à chaque nouvelle existence corporelle, passe-t-elle d'un monde à l'autre, ou bien peut-elle en accomplir plusieurs sur le même globe ?

" Elle peut revivre plusieurs fois sur le même globe, si elle n'est pas assez avancée pour passer dans un monde supérieur. "

- Ainsi nous pouvons reparaître plusieurs fois sur la terre ?

" Certainement. "

- Pouvons-nous y revenir après avoir vécu dans d'autres mondes ?

" Assurément ; vous avez déjà pu vivre ailleurs et sur la terre. "

174. Est-ce une nécessité de revivre sur la terre ?

" Non ; mais si vous n'avancez pas, vous pouvez aller dans un autre monde qui ne vaut pas mieux, et qui peut être pire. "

175. Y a-t-il un avantage à revenir habiter sur la terre ?

" Aucun avantage particulier, à moins d'y être en mission ; alors on avance, là comme ailleurs. "

- Ne serait-on pas plus heureux de rester Esprit ?

" Non, non ! On serait stationnaire, et l'on veut avancer vers Dieu. "

176. Les Esprits, après avoir été incarnés dans d'autres mondes, peuvent-ils l'être dans celui-ci sans y avoir jamais paru ?

" Oui, comme vous dans les autres. Tous les mondes sont solidaires : ce qui ne s'accomplit pas dans l'un s'accomplit dans un autre. "

- Ainsi, il y a des hommes qui sont sur la terre pour la première fois ?

" Il y en a beaucoup, et à divers degrés. "

- Peut-on reconnaître à un signe quelconque quand un Esprit en est à sa première apparition sur la terre ?

" Cela n'aurait aucune utilité. "

177. Pour arriver à la perfection et au bonheur suprême qui est le but final de tous les hommes, l'Esprit doit-il passer par la filière de tous les mondes qui existent dans l'univers ?

" Non, car il y a beaucoup de mondes qui sont au même degré, et où l'Esprit n'apprendrait rien de nouveau. "

- Comment alors expliquer la pluralité de ses existences sur le même globe ?

" Il peut s'y trouver chaque fois dans des positions bien différentes qui sont pour lui autant d'occasions d'acquérir de l'expérience. "

178. Les Esprits peuvent-ils revivre corporellement dans un monde relativement inférieur à celui où ils ont déjà vécu ?

" Oui, quand ils ont à remplir une mission pour aider au progrès, et alors ils acceptent avec joie les tribulations de cette existence, parce qu'elles leur fournissent un moyen d'avancer. "

- Cela ne peut-il pas aussi avoir lieu par expiation, et Dieu ne peut-il envoyer des Esprits rebelles dans des mondes inférieurs ?

" Les Esprits peuvent rester stationnaires, mais ils ne rétrogradent pas, et alors leur punition est de ne pas avancer et de recommencer les existences mal employées dans le milieu qui convient à leur nature. "
- Quels sont ceux qui doivent recommencer la même existence ?

" Ceux qui faillissent à leur mission ou à leurs épreuves. "

179. Les êtres qui habitent chaque monde sont-ils tous arrivés au même degré de perfection ?

" Non ; c'est comme sur la terre : il y en a de plus ou moins avancés. "

180. En passant de ce monde dans un autre, l'Esprit conserve-t-il l'intelligence qu'il avait dans celui-ci ?

" Sans doute, l'intelligence ne se perd pas, mais il peut n'avoir pas les mêmes moyens de la manifester ; cela dépend de sa supériorité et de l'état du corps qu'il prendra. " (Voir Influence de l'organisme).

181. Les êtres qui habitent les différents mondes ont-ils des corps semblables aux nôtres ?

" Sans doute ils ont des corps, parce qu'il faut bien que l'Esprit soit revêtu de matière pour agir sur la matière ; mais cette enveloppe est plus ou moins matérielle selon le degré de pureté où sont arrivés les Esprits, et c'est ce qui fait la différence des mondes que nous devons parcourir ; car il y a plusieurs demeures chez notre Père et pour lors plusieurs degrés. Les uns le savent et en ont conscience sur cette terre, et d'autres ne sont nullement de même. "

182. Pouvons-nous connaître exactement l'état physique et moral des différents mondes ?

" Nous, Esprits, nous ne pouvons répondre que suivant le degré dans lequel vous êtes ; c'est-à-dire que nous ne devons pas révéler ces choses à tous, parce que tous ne sont pas en état de les comprendre et cela les troublerait. "



A mesure que l'Esprit se purifie, le corps qu'il revêt se rapproche également de la nature spirite. La matière est moins dense, il ne rampe plus péniblement à la surface du sol, les besoins physiques sont moins grossiers, les êtres vivants n'ont plus besoin de s'entre-détruire pour se nourrir. L'Esprit est plus libre, et a pour les choses éloignées des perceptions qui nous sont inconnues ; il voit par les yeux du corps ce que nous ne voyons que par la pensée.

L'épuration des Esprits amène chez les êtres dans lesquels ils sont incarnés le perfectionnement moral. Les passions animales s'affaiblissent, et l'égoïsme fait place au sentiment fraternel. C'est ainsi que, dans les mondes supérieurs à la terre, les guerres sont inconnues ; les haines et les discordes y sont sans objet, parce que nul ne songe à faire du tort à son semblable. L'intuition qu'ils ont de leur avenir, la sécurité que leur donne une conscience exempte de remords, font que la mort ne leur cause aucune appréhension ; ils la voient venir sans crainte et comme une simple transformation.

La durée de la vie, dans les différents mondes, paraît être proportionnée au degré de supériorité physique et morale de ces mondes, et cela est parfaitement rationnel. Moins le corps est matériel, moins il est sujet aux vicissitudes qui le désorganisent ; plus l'Esprit est pur, moins il a de passions qui le minent. C'est encore là un bienfait de la Providence qui veut ainsi abréger les souffrances.


183. En passant d'un monde à l'autre, l'Esprit passe-t-il par une nouvelle enfance ?

" L'enfance est partout une transition nécessaire, mais elle n'est pas partout aussi stupide que chez vous. "

184. L'Esprit a-t-il le choix du nouveau monde qu'il doit habiter ?

" Pas toujours, mais il peut le demander, et il peut l'obtenir s'il le mérite ; car les mondes ne sont accessibles aux Esprits que selon le degré de leur élévation. "

- Si l'Esprit ne demande rien, qu'est-ce qui détermine le monde où il sera réincarné ?

" Le degré de son élévation. "

185. L'état physique et moral des êtres vivants est-il perpétuellement le même dans chaque globe ?

" Non ; les mondes aussi sont soumis à la loi du progrès. Tous ont commencé comme le vôtre par être dans un état inférieur, et la terre elle-même subira une transformation semblable ; elle deviendra un paradis terrestre lorsque les hommes seront devenus bons. "



C'est ainsi que les races qui peuplent aujourd'hui la terre disparaîtront un jour et seront remplacées par des êtres de plus en plus parfaits ; ces races transformées succéderont à la race actuelle, comme celle-ci a succédé à d'autres plus grossières encore.


186. Y a-t-il des mondes où l'Esprit, cessant d'habiter un corps matériel, n'a plus pour enveloppe que le périsprit ?

" Oui, et cette enveloppe même devient tellement éthérée, que pour vous c'est comme si elle n'existait pas ; c'est alors l'état des purs Esprits. "

- Il semble résulter de là qu'il n'y a pas une démarcation tranchée entre l'état des dernières incarnations et celui de pur Esprit ?

" Cette démarcation n'existe pas ; la différence s'effaçant peu à peu devient insensible comme la nuit qui s'efface devant les premières clartés du jour. "

187. La substance du périsprit est-elle la même dans tous les globes ?

" Non ; elle est plus ou moins éthérée. En passant d'un monde à l'autre, l'Esprit se revêt de la matière propre de chacun ; c'est d'aussi peu de durée que l'éclair. "

188. Les purs Esprits habitent-ils des mondes spéciaux, ou bien sont-ils dans l'espace universel sans être attachés à un globe plutôt qu'à un autre ?

" Les purs Esprits habitent certains mondes, mais ils n'y sont pas confinés comme les hommes sur la terre ; ils peuvent mieux que les autres être partout . "

Transmigration progressive.

189. Dès le principe de sa formation, l'Esprit jouit-il de la plénitude de ses facultés ?

" Non, car l'Esprit, comme l'homme, a aussi son enfance. A leur origine, les Esprits n'ont qu'une existence instinctive et ont à peine conscience d'eux-mêmes et de leurs actes ; ce n'est que peu à peu que l'intelligence se développe. "

190. Quel est l'état de l'âme à sa première incarnation ?

" L'état de l'enfance à la vie corporelle ; son intelligence éclôt à peine : elle s'essaye à la vie. "

191. Les âmes de nos sauvages sont-elles des âmes à l'état d'enfance ?

" Enfance relative ; mais ce sont des âmes déjà développées ; ils ont des passions. "

- Les passions sont donc un signe de développement ?

" De développement, oui, mais non de perfection ; elles sont un signe d'activité et de la conscience du moi ; tandis que dans l'âme primitive l'intelligence et la vie sont à l'état de germe. "



La vie de l'Esprit, dans son ensemble, parcourt les mêmes phases que nous voyons dans la vie corporelle ; il passe graduellement de l'état d'embryon à celui de l'enfance, pour arriver par une succession de périodes à l'état d'adulte, qui est celui de la perfection, avec cette différence qu'il n'a pas de déclin et de décrépitude comme dans la vie corporelle ; que sa vie, qui a eu un commencement, n'aura pas de fin ; qu'il lui faut un temps immense, à notre point de vue, pour passer de l'enfance spirite à un développement complet, et son progrès s'accomplit, non sur une seule sphère, mais en passant par des mondes divers. La vie de l'Esprit se compose ainsi d'une série d'existences corporelles dont chacune est pour lui une occasion de progrès, comme chaque existence corporelle se compose d'une série de jours à chacun desquels l'homme acquiert un surcroît d'expérience et d'instruction. Mais, de même que, dans la vie de l'homme, il y a des jours qui ne portent aucun fruit, dans celle de l'Esprit il y a des existences corporelles qui sont sans résultat, parce qu'il n'a pas su les mettre à profit.


192. Peut-on, dès cette vie, par une conduite parfaite, franchir tous les degrés et devenir pur Esprit sans passer par d'autres intermédiaires ?

" Non, car ce que l'homme croit parfait est loin de la perfection ; il y a des qualités qui lui sont inconnues et qu'il ne peut comprendre. Il peut être aussi parfait que le comporte sa nature terrestre, mais ce n'est pas la perfection absolue. De même un enfant, quelque précoce qu'il soit, doit passer par la jeunesse avant d'arriver à l'age mûr ; de même aussi le malade passe par la convalescence avant de recouvrer toute sa santé. Et puis, l'Esprit doit avancer en science et en moralité ; s'il n'a progressé que dans un sens, il faut qu'il progresse dans un autre pour atteindre le haut de l'échelle ; mais plus l'homme avance dans sa vie présente, moins les épreuves suivantes sont longues et pénibles. "

- L'homme peut-il au moins s'assurer dès cette vie une existence future moins remplie d'amertume ?

" Oui, sans doute, il peut abréger la longueur et les difficultés de la route. L'insouciant seul se trouve toujours au même point. "

193. Un homme, dans ses nouvelles existences, peut-il descendre plus bas qu'il n'était ?

" Comme position sociale, oui ; comme Esprit, non. "

194. L'âme d'un homme de bien peut-elle, dans une nouvelle incarnation, animer le corps d'un scélérat ?

" Non, puisqu'elle ne peut dégénérer. "

- L'âme d'un homme pervers peut-elle devenir celle d'un homme de bien ?

" Oui, s'il s'est repenti, et alors c'est une récompense. "



La marche des Esprits est progressive et jamais rétrograde ; ils s'élèvent graduellement dans la hiérarchie, et ne descendent point du rang auquel ils sont parvenus. Dans leurs différentes existences corporelles ils peuvent descendre comme hommes, mais non comme Esprits. Ainsi l'âme d'un puissant de la terre peut plus tard animer le plus humble artisan, et vice versa ; car les rangs parmi les hommes sont souvent en raison inverse de l'élévation des sentiments moraux. Hérode était roi, et Jésus charpentier.


195. La possibilité de s'améliorer dans une autre existence ne peut-elle pas porter certaines personnes à persévérer dans une mauvaise voie par la pensée qu'elles pourront toujours se corriger plus tard ?

" Celui qui pense ainsi ne croit à rien, et l'idée d'un châtiment éternel ne le retient pas davantage, parce que sa raison le repousse, et cette idée conduit à l'incrédulité sur toutes choses. Si l'on n'avait employé que des moyens rationnels pour conduire les hommes, il n'y aurait pas autant de sceptiques. Un Esprit imparfait peut, en effet, penser comme tu le dis pendant sa vie corporelle ; mais une fois dégagé de la matière, il pense autrement, car il s'aperçoit bientôt qu'il a fait un faux calcul, et c'est alors qu'il apporte un sentiment contraire dans une nouvelle existence. C'est ainsi que s'accomplit le progrès, et voilà pourquoi vous avez sur la terre des hommes plus avancés les uns que les autres ; les uns ont déjà une expérience que d'autres n'ont pas encore, mais qu'ils acquerront peu à peu. Il dépend d'eux d'avancer leur progrès ou de le retarder indéfiniment. "



L'homme qui a une mauvaise position désire en changer le plus tôt possible. Celui qui est persuadé que les tribulations de cette vie sont la conséquence de ses imperfections, cherchera à s'assurer une nouvelle existence moins pénible ; et cette pensée le détournera plus de la voie du mal que celle du feu éternel auquel il ne croit pas.


196. Les Esprits ne pouvant s'améliorer qu'en subissant les tribulations de l'existence corporelle, il s'ensuivrait que la vie matérielle serait une sorte d'étamine ou d'épuratoire, par où doivent passer les êtres du monde spirite pour arriver à la perfection ?

" Oui, c'est bien cela. Ils s'améliorent dans ces épreuves en évitant le mal et en pratiquant le bien. Mais ce n'est qu'après plusieurs incarnations ou épurations successives qu'ils atteignent, dans un temps plus ou moins long, selon leurs efforts, le but auquel ils tendent. "

- Est-ce le corps qui influe sur l'Esprit pour l'améliorer, ou l'Esprit qui influe sur le corps ?

" Ton Esprit est tout ; ton corps est un vêtement qui se pourrit : voilà tout. "



Nous trouvons une comparaison matérielle des différents degrés de l'épuration de l'âme dans le suc de la vigne. Il contient la liqueur appelée esprit ou alcool, mais affaiblie par une foule de matières étrangères qui en altèrent l'essence ; elle n'arrive à la pureté absolue qu'après plusieurs distillations, à chacune desquelles elle se dépouille de quelque impureté. L'alambic est le corps dans lequel elle doit entrer pour s'épurer ; les matières étrangères sont comme le périsprit qui s'épure lui-même à mesure que l'Esprit approche de la perfection.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://divulgation-spirite.forumactif.org
orné

avatar

Messages : 37
Date d'inscription : 20/10/2014
Age : 45
Localisation : je sais plus

MessageSujet: Re: Omraam Mikhaël Aïvanhov sur la réincarnation et la compréhension de la mort    Mer 1 Avr - 21:45

Bonsoir a2,
Oui c'est bien, mais au fait ça, je l'avais lu déjà cela fait partie de mon étude sur la réincarnation, c'est d'ailleurs déjà sur ton forum (sourire). Ce n'est pas un copier/coller froid et impersonnel que j'avais demandé, mais plus une discutions de fond. Néanmoins je te remercie pour le partage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
choub

avatar

Messages : 231
Date d'inscription : 16/09/2014

MessageSujet: Re: Omraam Mikhaël Aïvanhov sur la réincarnation et la compréhension de la mort    Jeu 2 Avr - 0:00

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
orné

avatar

Messages : 37
Date d'inscription : 20/10/2014
Age : 45
Localisation : je sais plus

MessageSujet: Re: Omraam Mikhaël Aïvanhov sur la réincarnation et la compréhension de la mort    Jeu 2 Avr - 2:39

Ah merde (rires).
J'ai sans doute mal choisi mon exemple pour illustrer mon questionnement. Je le reconnais. Je referai un autre sujet sur le même thème un de ces 4 avec un exemple un peu plus neutre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Omraam Mikhaël Aïvanhov sur la réincarnation et la compréhension de la mort    

Revenir en haut Aller en bas
 
Omraam Mikhaël Aïvanhov sur la réincarnation et la compréhension de la mort
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Divulgation Spirite (Spiritisme) :: Paranormal :: Réincarnation / Vies antérieures-
Sauter vers: