Forum sur la divulgation de la philosophie spirite ou Spiritisme la médiumnité, la vie après la mort, la réincarnation, l'évolution spirituelle, Les Esprits et Dieu et ses lois Divines.
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion
-33%
Le deal à ne pas rater :
Abonnement de 12 mois au PlayStation Plus
39.99 € 59.99 €
Voir le deal

 

 SPIRITES, PRÉPAREZ LES VOIES DE L’AVENIR

Aller en bas 
AuteurMessage
jean-pierre Abel




Messages : 1098
Date d'inscription : 04/05/2018
Age : 79
Localisation : regioh Lilloise

SPIRITES, PRÉPAREZ LES VOIES DE L’AVENIR  Empty
MessageSujet: SPIRITES, PRÉPAREZ LES VOIES DE L’AVENIR    SPIRITES, PRÉPAREZ LES VOIES DE L’AVENIR  Icon_minitimeSam 20 Mar - 8:03


Je vous propose la lecture de l’article suivant : SPIRITES, PRÉPAREZ LES VOIES DE L’AVENIR par doctrinespiritenimes.over-blog.com, le 19 Mars 2021 Rédigé par Un spirite Publié dans #Allan Kardec, #Centre Spirite, #Croyance, #Doctrine Spirite, #Médiumnité, #Philosophie Spirite, #Réincarnation, #Science, #Spiritisme
SPIRITES, PRÉPAREZ LES VOIES DE L’AVENIR
DÉCEMBRE 1874
Sur une place de la ville de Constance, un homme est sur le bûcher ; la foule furieuse lui jette des malédictions et des injures, la foule stupide, aveugle, qui crie au scandale parce qu’un homme lui a tendu la main.
L’homme sur le bûcher regarde cette foule avec pitié, commisération mansuétude, ce n’est pas lui-même qu’il plaint, c’est elle !
La foule c’est l’enfant dans l’humanité, elle a l’ingratitude de l’enfance, son ignorance et son peu d’expérience ; aussi, quel est le réformateur, quel est l’homme venant sur terre avec la mission d’amoindrir la misère ou d’apporter le bonheur, quel est l’homme donnant à la cause humanitaire son travail et son dévouement, qui n’a pas subi les outrages de cet enfant ingrat qui s’appelle le peuple, et pour lequel il travaille ? Quel est, parmi ceux-là, celui qui n’a pas reçu cette espèce de baptême indispensable aux esprits dévoués ?
A l’époque dont je vous parle et autour du bûcher de Jean Huss, c’était la boue, les pierres, les injures qui pleuvaient sur le martyr. Passons s’il vous plait sur quelques siècles.
Dans un petit appartement de la rue Sainte-Anne, un homme est courbé sous une avalanche de lettres, de brochures ; il n’est plus sur un bûcher, c’est vrai, mais abîmé par la calomnie, assailli par la critique, et surtout par les critiques de sacristie, cette critique nauséabonde qui monte au gosier et essaie de vous étouffer, couvert de ces pierres morales, jetées par l’envie et qui se nomment le ridicule, blessé par la raillerie injuste, ignorante, cet homme pourrait presque regretter l’ancien bûcher de Constance, où la foule qui l’environnait, sauvage, mais franche dans sa haine, lui inspirait miséricorde et pitié.
Ces quelques mots de retour vers le passé d’un homme que vous avez connu et que tous les spirites doivent bénir, vous sont adressés pour vous prévenir contre les attaques qui pourraient bien un jour ou l’autre vous arriver du dehors.
Je ne viens pas cette fois vous proposer pour modèle le Christ, esprit supérieur, mais un esprit de votre époque, ayant vécu dans les mêmes conditions que vous, et étant arrivé grâce à sa volonté patiente, persévérante, grâce à son dévouement absolu à la grande cause, grâce à sa douceur ferme, à son jugement sain et éclairé par une étude approfondie, étant arrivé, dis-je, à construire pour vous, spirites, le temple désormais inébranlable de vos croyances.
Cet esprit, très bon, toujours dévoué, s’occupe déjà du moment où il reviendra pour la troisième fois apporter une pierre au jeune édifice de la religion universelle à venir. II compte pour l’aider dans cette troisième tâche, sur les voies que vous, ses disciples, vous êtes chargés de préparer à son oeuvre.
Sa devise, vous le savez, spirites, c’était : « travail et dévouement » à vous donc de l’adopter aussi, et d’aplanir pour l’avenir les difficultés du présent. A vous à apporter à cette oeuvre sainte tout ce que vous aurez de foi, de volonté ; à vous à établir, à cimenter entre vous tous l’union la plus compacte, cette Union qui centuple les forces ; à vous à aimer malgré ses torts, malgré ses fureurs, malgré ses injustices, cette humanité qui est vous-mêmes.
Cette humanité, c’est le malade criant sans cesse et injuriant le chirurgien qui le panse, plus ses plaies sont vives, profondes, plus l’instrument lui semble dur !
Vous irez donc, vous confiant dans la bonté et la grandeur de votre cause, montrant à tous ce que peut faire un homme convaincu de la nécessité du travail sur lui-même, convaincu de la marche constante du progrès, convaincu de l’immortalité et de la perfectibilité de l’âme. Vous irez, donnant à tous l’amour de votre coeur, et à l’exemple de celui qui vous a précédés, le travail de votre pensée. Vous irez, quoiqu’on dise autour de vous, vous aimerez parce que l’amour est la vie spirituelle.
De l’amour mutuel naîtra la lumière, de la lumière sortira la vérité, de la vérité l’union des peuples, de l’union des peuples la liberté, et de la liberté la paix et l’éternel bonheur.
Lavater.
Partager cet article

Revenir en haut Aller en bas
 
SPIRITES, PRÉPAREZ LES VOIES DE L’AVENIR
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Divulgation Spirite (Spiritisme) :: Bienvenue sur le forum :: Textes & Prières Spirites-
Sauter vers: