Forum sur la divulgation de la philosophie spirite ou Spiritisme la médiumnité, la vie après la mort, la réincarnation, l'évolution spirituelle, Les Esprits et Dieu et ses lois Divines.
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion
-44%
Le deal à ne pas rater :
Ecran PC Gamer Incurvé – ACER – Nitro 23,6″ FHD 165 Hz 1ms
159.99 € 286.99 €
Voir le deal

 

 Lumière et vérité

Aller en bas 
AuteurMessage
jean-pierre Abel




Messages : 1160
Date d'inscription : 04/05/2018
Age : 80
Localisation : regioh Lilloise

Lumière et vérité Empty
MessageSujet: Lumière et vérité   Lumière et vérité Icon_minitimeMar 18 Mai - 9:45

Je vous propose la lecture du message suivant : Lumière et vérité proposé par doctrinespiritenimes.over-blog.com, le 18 Mai , Rédigé par Un spirite Publié dans #Allan Kardec, #Centre Spirite, #Croyance, #Doctrine Spirite, #Médiumnité, #Philosophie Spirite, #Réincarnation, #Science, #Spiritisme
Lumière et vérité, Madame Alexandre Moreau, Viennent ensuite les religions
Viennent ensuite les religions qui, à part quelques-uns de leurs membres, plus intelligents ou plus raisonnables que les autres, s’efforcent d’empêcher leurs dévots de pratiquer, ou même d’examiner le Spiritisme, sous prétexte que ce sont les démons qui répondent aux évocations. M. de Mirville, dans son livre des Esprits et de leurs manifestations fluidiques, attribue tous les phénomènes au diable lui-même, au diable en personne C’est lui (le diable), qui se sert de ce phénomène pour tenter les hommes et les faire tomber dans ses pièges ; c’est lui qui vient soulever les pieds de la table, et répond à la place des parents et des amis qu’on évoque ; c’est lui qui a conseillé à Urbain Grandier d’ensorceler les religieuses de Loudun, et c’est justement aussi, toujours d’après M. de Mirville, qu’Urbain Grandier a été brûlé, en expiation de ce crime. Il n’ose pas dire que Jeanne d’Arc a été condamnée justement, parce qu’elle entendait des voix ; mais il reconnaît qu’au Moyen Âge, on ne pouvait faire autrement que de la condamner. Ce pauvre diable ! Y croyez-vous encore ? Et surtout, pouvez-vous admettre que ce soit lui qui, après avoir inspiré à Jeanne d’Arc de sauver la France, vienne nous donner maintenant des sentences de la plus haute moralité et des conseils de la plus grande vertu, par l’organe des tables frappantes, ou celui de nos médiums écrivains ?
Quel bon et excellent diable cela ferait, digne certainement d’un tabouret au pied du trône de Dieu le Père !
Il est facile vraiment d’abattre ce préjugé qui éloigne les dévots du Spiritisme. En admettant même l’existence des démons, ce qui est impossible, dès le premier regard jeté sur la grandeur de Dieu, mais enfin, en admettant cette existence, qu’arriverait-on à prouver ? C’est que le diable est vraiment bien bon de faire, par la voix du Spiritisme, tant d’adeptes à Dieu, son éternel ennemi. En effet, si nous considérons combien d’âmes sont, par le Spiritisme, relevées, moralisées, conduites au bien ; combien de suicides sont évités ; combien de douleurs consolées ou du moins adoucies, nous ne pourrons certes nous placer au point de vue de l’Eglise affirmant que le démon peut être ainsi devenu son propre ennemi et son plus puissant adversaire 30.
Nous lisons dans l’Evangile : Les Pharisiens disaient : « c’est par Belzébuth, chef des démons, qu’il chasse les démons ». Et connaissant leurs pensées Jésus leur dit : « Tout royaume divisé contre lui-même est dévasté ; et aucune ville ou maison divisée contre elle-même ne subsistera. Que si Satan chasse Satan, il est divisé contre lui-même ; comment donc son royaume subsistera-t-il ? » (Matthieu, XII).
Parmi les détracteurs du Spiritisme, nous trouvons encore certaines gens du monde qui rient du moyen de la table employé pour la communication avec le monde invisible. Sans nul doute, ils ne songent pas à ces choses : que, d’abord, l’homme, en se désincarnant, n’acquiert pas tout à coup un mérite infini, et ne devient ni un sage, ni un ange. Son état fluidique et éthéré ne lui constitue pas un mérite de plus ; c’est sa manière d’être. Le désincarné reste ce qu’il vaut à la mort, ni plus, ni moins. Mais pour que cet Esprit désincarné puisse communiquer avec l’Esprit incarné, il faut se servir d’un moyen mixte, qui convienne aux deux. Quel est, parmi les meubles, l’un des plus simples, qui peut être en même temps l’un des plus élégants ? Nous avons nommé la table ; et nous avons déjà vu que des Romains se servaient, pour communiquer avec l’invisible, d’une petite table (mensulam) qu’ils avaient fabriquée de morceaux de bois de laurier. Donc, les hommes ont trouvé de tout temps ce télégraphe d’outre-tombe commode pour eux-mêmes et digne des esprits qu’ils évoquent.
Il est d’autres gens du monde qui se servent du moyen de communication de la table pour en faire un jeu de société. Ils adressent alors aux Esprits des questions divinatoires et obtiennent, la plupart du temps, en réponses, des propos légers, parfois même, grossiers. C’est que, par ces amusements, ils éloignent d’eux les Esprits vénérés ou sérieux, et ne réussissent à s’entourer que de désincarnés d’une classe inférieure. Ceux-ci sont heureux de prendre part à une conversation dans laquelle ils peuvent mystifier leurs évocateurs,
Il est aussi des personnes qui nient a priori toute espèce de communication entre les vivants et les morts. Le plus grand nombre de ces personnes n’a rien lu, rien étudié, rien examiné de la Doctrine spirite et de ses phénomènes ; la plupart d’entre elles appartient à l’Eglise catholique ; dans ce cas, la négation s’appuie sur le système du paradis et de l’enfer chrétiens, qui relègue élus et damnés dans des lieux inaccessibles, où toute communication avec les hommes leur est interdite. A tous ces négateurs dont le raisonnement est dénué de sens, nous dirons : Examinez, cherchez, rendez-vous un compte exact des faits ; avant vous, tant de savants les ont niés, discutés, puis se sont enfin rendus à l’évidence ! Mais au nom de la raison, au nom du bon sens même, ne niez pas brutalement, inconsidérément comme ceux qui condamnèrent l’illustre Galilée à la prison perpétuelle, pour avoir osé découvrir que la terre se meut dans l’espace : E Pur si muove !
Voici un mot (d’Eugène Nus) condamnant ceux qui nient sans examen.
Partager cet article

Revenir en haut Aller en bas
 
Lumière et vérité
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Divulgation Spirite (Spiritisme) :: Bienvenue sur le forum :: Textes & Prières Spirites-
Sauter vers: